Neoprene limestone japonais Yamamoto

 

 

VOIR NOTRE COLLECTION EN YAMAMOTO #40

 

 

Tout d'abord un peu d'histoire.

 

  1. Qu'est ce que le neoprene Yamamoto ?

La société japonaise Yamamoto basée à Osaka, a révolutionné la production du neoprene, dès les années 60 avec un nouveau procédé de fabrication.

Au lieu du néoprène traditionnel à base d'huile, Yamamoto a développé une technologie spéciale pour convertir le carbonate de calcium du calcaire en copeaux de caoutchouc chloroprène produisant du néoprène calcaire (Limestone Neoprene).

L'ingrédient de base du néoprène calcaire, bien sûr, est le calcaire. Le calcaire (CaCO3) est une roche sédimentaire composée en grande partie de minéraux calcite et aragonite, qui sont deux formes cristallines différentes de carbonate de calcium (le matériau nécessaire au néoprène calcaire).

 

Le calcaire représente environ 10% du volume total de toutes les roches sédimentaires. Il a de nombreuses utilisations: comme matériau de construction, comme agrégat pour la base des routes, comme pigment blanc ou comme charge dans des produits tels que les dentifrices ou les peintures et comme matière première chimique.

 

En tant qu'élément clé de la construction, le calcaire et la chaux sont utilisés depuis des milliers d'années. Les découvertes archéologiques en Turquie indiquent que la chaux était utilisée comme mortier il y a 7 000 ans. La civilisation égyptienne antique utilisait la chaux pour fabriquer du plâtre et du mortier. Aux États-Unis, l'utilisation de la chaux a radicalement changé. En 1900, plus de 80% de la chaux utilisée aux États-Unis était destinée à la construction. Aujourd'hui, près de 90% sont utilisés à des fins chimiques et industrielles.

 

 

  1. L’histoire du Limestone Neoprene

 

C'est donc Yamamoto Corporation au Japon, qui a développé pour la première fois du néoprène à partir de calcaire - et sans pétrole du tout - grâce à une abondance de calcaire pur à proximité dans les montagnes du Japon (leur réserve de calcaire est estimée suffisante pour les 3000 prochains années). Yamamoto a établi la norme de qualité et d'innovation dans l'industrie du néoprène avec ses techniques de fabrication avancées, conduisant à la création d'un néoprène calcaire qui a une structure cellulaire complètement indépendante et une capacité d'étirement multidirectionnel. Le carbonate de calcium, trouvé dans le calcaire, est utilisé comme base avec le chloroprène par un processus de polymérisation pour produire des copeaux de caoutchouc chloroprène à base de calcaire. C'est la première des quatre étapes qui forment le processus de base de la conversion du calcaire en néoprène. Lire l’article sur la fabrication du neoprene. 3. Quels sont les avantages du neoprene limestone ? 

Le néoprène calcaire a une structure micro-cellulaire élevée. Ce sont des cellules fermées indépendantes (essentiellement des bulles) dans le néoprène qui sont emballées ensemble à une densité extrêmement élevée. Le néoprène à base de pétrole a une pénétration cellulaire de 60 à 70%, tandis que le néoprène calcaire a une pénétration cellulaire de 94%. En termes simples, cela signifie que le néoprène calcaire contient beaucoup plus de bulles d'air à l'intérieur du caoutchouc que les autres marques (plus de 30% pour être exact) et qu'il est beaucoup moins dense que le néoprène à base d'huile.

 

En raison de cette structure microcellulaire, le néoprène calcaire offre plusieurs avantages distincts sérieux pour la fonctionnalité des combinaisons de surf par rapport au néoprène traditionnel à base de pétrole:

 

  • C'est imperméable
  • Il est plus léger
  • Il est plus chaud
  • C'est plus durable
  • C'est extensible tout en gardant une mémoire de forme.

 

Sen No Sen Yamamoto neopreneJoan Duru - Photo: Lagriffe Photographie 

 

Mais arrêtons de parler technique et arrêtons-nous désormais sur un constat…

Il extiste aussi plusieurs qualités de neoprene limestone et plusieurs fabricants. Yamamoto furent les premiers mais depuis d’autres fabricants ont repris le procédé pour fabriquer du limestone.

 

Tout d’abord, chez Yamamoto, le meilleur neoprene pour le surf est le #40, la toute dernière génération de limestone qui offre chaleur, flex et confort inégalé.

Le #39 est moins souple et il faut être vigilant aussi aux marques qui n'utilisent pas la bonne référence chez Yamamoto. 

Ensuite, il faut savoir que ce neoprene coûte extrêmement cher et qu’il est donc réservé aux combinaisons haut de gamme.

 

 

L’habit ne fait pas le moine.

 

On voit souvent indiqué sur des fiches produits « limestone japonais » mais est ce que ça veut dire que c’est du Yamamoto ou bien ce fameux neoprene limestone inventé par les Japonais mais fabriqué par d’autres usines ?

S’il n’y a pas la marque Yamamoto indiqué sur le produit ou le packaging il est fort à parier que ce n’est pas du Yamamoto.

 

Le prix est aussi un indicateur fiable. Difficile de trouver une intégrale en Yamamoto #40 à moins de 500€.

 

 Sen No Sen Yamamoto Neoprene

 

Les meilleures combinaisons de surf ?

 Le neoprene limestone Yamamoto #40 est utilisé par les meilleures marques de wetsuits. Bien souvent, ce ne sont pas les plus connus du grand public mais connaisseurs savent vite les repérer. Nous pouvons citer ici Matuse avec sa ligne « geoprene », 7till8 récemment élue meilleure combinaison par le magazine Stab, Moon wetsuits la marque de Joel Tudor, la marque Japonaise Axxe notamment sur sa ligne de customs, et en France chez Sen No Sen car nous adorons vous proposer les meilleurs produits possible.

 

Mais attention, seul le neoprene ne suffit pas à faire une très bonne combinaison !

L’assemblage de la combinaison à l’usine est aussi une part déterminante, tout comme la coupe et les mesures de la combinaison. Notre ligne de Yamamoto est assemblée à la main dans notre atelier partenaire en Thaïlande pour garantir un standard de qualité unique. 

Idéalement, il faut donc essayer la combinaison ou se faire conseiller avant d’acheter, et s’assurer que des échanges ou remboursements sont faciles pour ne pas se retrouver avec une combinaison Yamamoto à 500 ou 600 euros mais qui ne vous va pas. 

Le Yamamoto est certainement le neoprene le plus haut de gamme mais on parle ici de chaleur et confort.

Paul-César Distinguin a pu tester une 4/3mm dans l’eau à 7°c cet hiver et n'a pas eu froid. 

 

N'oubliez pas aussi, que la combinaison s’use comme tout produit qu’on utilise de manière régulière et encore plus pour la pratique du surf qui est soumise à des situations mettant à mal les produits : frottements, tensions et torsions, chocs, etc…

Chez Sen No Sen, nous conseillons donc le neoprene Yamamoto aux surfeurs qui veulent se faire plaisir avec une belle combinaison, peut-être ceux qui peuvent avoir un quiver de combinaisons et ceux qui savent en prendre soin, au même titre qu’une belle planche.

 

Comparer les différents neoprene ?

Lire notre article sur le Limestone et le Yulex ici 

 

 


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire